UN CONCIERGE D’EXCEPTION 

Par STÉPHANE CHAMPAGNE

Article paru dans le Journal des HEC en décembre 2018

ARSÈNE ALBERT A ARPENTÉ LES CORRIDORS DE HEC MONTRÉAL PENDANT PRÈS DE 30 ANS. RENCONTRE AVEC LE PLUS SYMPATHIQUE DES CONCIERGES QUE PLUSIEURS GÉNÉRATIONS D’ÉTUDIANTS ET D’EMPLOYÉS ONT PRIS UN RÉEL PLAISIR À CÔTOYER.

Sous ses dehors d’homme modeste, ce véritable bourreau de travail n’avait rien du concierge qui travaille dans l’ombre. Natif du Témiscouata, ce grand sportif, doublé d’un être attentionné, a laissé un souvenir impérissable à des milliers d’étudiants, de professeurs et de collègues, tant à l’édifice de la rue Decelles qu’à celui de Côte-Sainte-Catherine.

Arsene Albert 600x876

« HEC, c’était mon deuxième chez-moi, confie-t-il. J’aimais ce que je faisais. J’aimais le contact avec les étudiants et les professeurs. » Ainsi, celui que tout le monde appelait chaleureusement « Arsène » connaissait non seulement les moindres recoins de l’École, mais aussi toutes ses petites histoires…

Et de nous raconter mille et une anecdotes sur des étudiants qui lui ont offert des cadeaux, sur sa sollicitude lors de fêtes étudiantes et de séances d’initiation, sur des tours qu’il a joués, sur ses épopées à vélo alors qu’il partait de chez lui, à Longueuil, pour venir travailler à l’École, et qu’il roulait parfois jusqu’aux premières neiges de décembre. « On m’a même déjà chanté “Bonne fête” pendant que je nettoyais des tableaux entre deux cours », se souvient-il.

DÉVOUÉ ET ENGAGÉ

« Sur la rue Decelles, il se tenait toujours sur le bord de la porte, prêt à effacer les tableaux pendant la pause. Il était très efficace, se rappelle Jacques Nantel, professeur émérite à HEC Montréal. Il en tirait d’ailleurs une certaine fierté. Son travail était essentiel. De tous les employés à l’entretien, c’est lui que les professeurs connaissaient le plus. Il avait toujours quelque chose d’intéressant à raconter. »

HEC, C’ÉTAIT MON DEUXIÈME CHEZ-MOI. J’AIMAIS CE QUE JE FAISAIS. J’AIMAIS LE CONTACT AVEC LES ÉTUDIANTS ET LES PROFESSEURS.

UN SPORTIF AU GRAND CŒUR

Même après son départ à la retraite en 1999, Arsène Albert s’est dévoué pour l’École. Jusqu’en 2003, il a œuvré à la campagne Centraide – HEC Montréal, pour laquelle il vendait des billets « moitié-moitié ». Pendant 15 ans, sa conjointe et lui ont aussi participé à l’organisation de la fête de Noël destinée aux enfants des employés de l’institution.

Arsene Albert 2

Arsene Albert 3

(1) Arsène Albert a participé à de nombreuses campagnes de Centraide – HEC Montréal. (2) Il porte ici fièrement le dossard qu’on lui a offert pour souligner le 75e anniversaire de HEC Montréal. (3) Devant la pointeuse à cartes de l’Édifice Decelles, où il venait travailler à vélo. (4) Sa carte d’employé.

Athlète à ses heures et ce, bien avant que la course à pied ne devienne populaire, Arsène Albert s’est initié à cette discipline au début de la quarantaine. Il a à son actif une dizaine de marathons, mais aussi toute une liste de cinq et de 10 kilomètres complétés avec des amis aux quatre coins du Québec.

Aujourd’hui, à 78 ans, encore très actif physiquement à vélo et en ski de fond, Arsène Albert garde un excellent souvenir de ses trois décennies passées à HEC Montréal et ne rate jamais une occasion d’y remettre les pieds en participant à chacune des rencontres de l’Association des retraités de l’École. ∙

Photos : Émilie Nadeau (portrait) – Autres photos fournies gracieusement par Arsène Albert.

                                                                                                               

Avard AlfredComme par les années passées, les membres du conseil de fabrique ont organisé le 10 juin 2016 une fête en hommage aux bénévoles qui œuvrent dans les différents comités ou services de la communauté chrétienne Jean XXIII.

Afin de rendre plus tangible cet hommage,  les Chevaliers de Colomb  en collaboration avec les membres du conseil de fabrique ont de nouveau convenu de rendre un hommage bien particulier à un paroissien s’étant distingué par sa générosité en le désignant « bénévole de l’année 2015-2016 ». Cet honneur a été attribué à M. Alfred Avard, membre des Chevaliers de Colomb. Il a reçu en cette occasion les bénédictions papale et apostolique et un certificat de reconnaissance des Chevaliers de Colomb.

 UN PAROISSIEN À L’HONNEUR

Pierre

MATHIEU LAMOTHE

Le Nouvelliste 10 novembre 2018

Trois-Rivières — Bénévole bien connu à Trois-Rivières, Pierre Cécil a récemment reçu un bel honneur alors qu’il a été décoré de la Médaille du souverain pour les bénévoles.

Accompagné de plusieurs de ses proches, le professeur d’histoire au secondaire à la retraite s’est d’ailleurs rendu à Ottawa lundi dernier afin de recevoir cette décoration des mains de la gouverneure générale Julie Payette.

Possédant une expertise militaire ainsi qu’une grande connaissance de l’histoire de la Mauricie, celui qui a oeuvré également au sein de la réserve des Forces armées canadiennes pendant plus d’une trentaine d’années s’implique de façon bénévole dans l’organisme Appartenance Mauricie ainsi qu’au musée du 12e Régiment blindé du Canada. Pendant ses années de service dans la réserve, il a notamment occupé le poste de lieutenant-colonel du 12e Régiment pendant cinq ans.

Bien qu’il ait reçu d’autres honneurs du genre au cours des dernières années, M. Cécil indique que la Médaille du souverain pour les bénévoles revêt un caractère particulier, notamment parce qu’il s’est rendu à Rideau Hall, la résidence de la gouverneure générale, afin d’être décoré dans le cadre d’une cérémonie présidée par la représentante de la reine elle-même. Le principal intéressé a d’ailleurs bien failli la recevoir dans le cadre d’une cérémonie beaucoup plus sobre qui devait avoir lieu à l’hôtel de ville de Trois-Rivières.

«Ça fait 30 ans que je m’implique bénévolement. [...] Je m’implique notamment dans la société d’histoire Appartenance Mauricie et pour le musée du 12e Régiment. J’ai également participé à la création de l’ordre du 12e Régiment et été membre de la fédération des sociétés d’histoire de la Mauricie pendant 19 ans. Je suis également guide bénévole pour des tours de la Mauricie, je donne des conférences et écris des articles. L’histoire, c’est un peu le fil conducteur de ma vie. J’adore ça», lance-t-il humblement.

La Médaille du souverain pour les bénévoles reconnaît les réalisations exceptionnelles de partout au pays et à l’étranger, célébrant ainsi tout un éventail de contributions. En tant que distinction honorifique officielle créée par la Couronne, elle fait partie du Régime canadien de distinctions honorifiques. Le programme a intégré et remplacé le Prix du Gouverneur général pour l’entraide créé en 1995 par le gouverneur général de l’époque, Roméo LeBlanc. Son programme d’attribution est administré par la Chancellerie des distinctions honorifiques, qui fait partie du Bureau du secrétaire du gouverneur général.


 

Marcotte Jean MarieUn grand bénévole nous a quittés le 6 juin 2016 à l’âge de 85 ans. M. Jean-Marie Marcotte était l’époux de Mme Pierrette Marcotte qui fut agente de pastorale pendant une trentaine d’années dans notre communauté chrétienne.

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site